a

Le mot du Commissaire général

Le mot du Commissaire général

17 octobre 2016

Cher lecteur,

Ce billet inaugure une série de points de situation réguliers qui vous permettront de suivre l’avancement de la préparation du pavillon de la France à l’exposition internationale Astana 2017 dont la thématique générique est « l’énergie du futur ».

Pour mémoire, vous le savez, Astana 2017 est une exposition internationale ou dite de spécialité. Elle se distingue d’une exposition universelle par sa durée (3 mois au lieu de 6 mois pour l’exposition universelle), mais aussi tant par la physionomie que par l’organisation du site d’accueil. Alors que lors d’une exposition universelle les pays participants sont appelés à imaginer puis à construire un bâtiment pour leur pavillon national,  sur un espace vierge qui leur est alloué, rien de tout cela pour une exposition internationale. Là, le bâtiment construit mais vide est mis à disposition par le pays hôte. A charge pour chaque pays de choisir une surface parmi celles offertes et, surtout, d’imaginer et ensuite de développer une scénographie moderne qui restitue au mieux le message que chaque pays entend promouvoir.

c04-02

La France a retenu un des plus grands espaces disponibles, en l’espèce 1.083 mètres carrés au sol afin d’y accueillir des entreprises qui vont montrer le meilleur de leur savoir-faire et de l’expertise de notre pays dans le domaine des nouvelles énergies, du développement durable et de l’environnement.

Il a été demandé à chaque pavillon de choisir un thème autour duquel s’articulera sa scénographie. Celui de la France sera  « Une transition énergétique au service d‘une croissance durable » (avec trois sous-thèmes : « ville du futur » ; « énergies renouvelables » et « mobilités éco-compatibles ») ; c’est autour de ce thème que s’articuleront les scénographies de nos entreprises partenaires.

A ce jour plusieurs entreprises et institutions ont répondu présentes (l’Ademe, Peugeot, Saint-Gobain, Total, Veolia, Vicat) et l’institution internationale Iter. Nous attendons encore plusieurs réponses et notre ambition d’exposition sera très vite satisfaite faute de place disponible supplémentaire.

En liaison avec le Commissariat général, nos partenaires ont d’ores-et-déjà commencé à travailler sur la scénographie de l’espace qui leur est alloué dans le pavillon de la France.  La scénographie d’ensemble du pavillon devrait normalement être achevée en fin d’année avec, pour objectif, de commencer l’aménagement de notre pavillon à compter des premiers jours de janvier prochain. Un appel d’offre a été lancé récemment à cet effet.

Le pavillon de la France s’est doté aussi, au premier étage, d’une très grande salle de conférence. Elle offrira à nos partenaires mais aussi à tous ceux qui entendent être présents lors de l’exposition internationale, un espace d’accueil polyvalent pour organiser leurs séminaires de travail, conférences, démonstrations techniques ou réunions avec leurs parties prenantes kazakhstanaises et/ou internationales.

Mais nous irons au-delà. Nous préparons actuellement tout un programme de conférences, sur des sujets liés bien sûr à la thématique de l’exposition mais qui ne s’y limitent pas pour autant. Il s’agit pour nous de faire rayonner la culture de la France, prise au sens le plus large, en invitant des conférenciers de prestige sur une variété de sujets allant de la littérature aux grands découvreurs en passant par les sciences dures mais aussi les arts de la table et le luxe à la française.

Question calendrier, nous repartirons à Astana tout début novembre pour des entretiens avec nos interlocuteurs d’Astana 2017, avec des représentants du gouvernement du Kazakhstan mais aussi pour visiter l’ambassade de France qui, depuis ma nomination, m’apporte un appui professionnel précieux dont je la remercie.

Share With: