a

Rencontre avec Oljas Souleimenov au sujet de sa vie autour de la culture et de la protection de l’environnement : un moment de sagesse, d’Histoire et d’émotion

Rencontre avec Oljas Souleimenov

Rencontre avec Oljas Souleimenov au sujet de sa vie autour de la culture et de la protection de l’environnement : un moment de sagesse, d’Histoire et d’émotion

Le Pavillon de la France a eu l’honneur ce vendredi 16 juin 2017 d’accueillir un homme d’exception, M. Oljas Souleimenov, écrivain-poète, Ambassadeur du Kazakhstan à Rome puis à l’UNESCO, et fondateur du mouvement antinucléaire international « Nevada-Semey ». Cette personnalité très connue et respectée par le Kazakhstan entier et au-delà a visité le Pavillon de la France avant de prendre part à un moment de partage avec un public ému dans la salle de conférences du Pavillon au sujet de sa vie autour de la culture et de la protection de l’environnement.

DSC_0035

M. Souleimenov a souligné toute l’importance de l’Exposition d’Astana à un moment de notre Histoire où « l’énergie pour l’avenir est à l’ordre du jour de toute l’humanité ». « Comment pouvons-nous sortir de la combustion du charbon, de l’hydrogène, de l’énergie nucléaire, et en venir à une énergie renouvelable, une énergie qui n’est pas destructrice pour nous ? ». C’est par de tels événements, qui réunissent scientifiques du monde entier et grand public, qu’Oljas Souleimenov considère que nous nous rapprochons de ce moment « que nous attendons avec impatience ».

Le fondateur du mouvement antinucléaire international prévient tout de même que par les désastres écologiques, l’humanité est en train de fixer la date à laquelle la civilisation cessera d’exister. Afin d’éviter cela, chaque citoyen de la planète se doit d’être un écologiste. C’est à travers des projets tels que celui d’ITER, présenté dans le Pavillon de la France, qu’Oljas Souleimenov nous encourage à imaginer des alternatives énergétiques, une énergie solaire qui remplacerait le nucléaire, le charbon, le pétrole. Les plateformes qui permettent d’envisager ces alternatives sont utiles et essentielles, « elles nous forcent à diriger toute l’énergie de nos pensées dans la bonne direction », conclut M. Souleimenov.

La rencontre s’est terminée avec beaucoup d’émotion par la récitation du poème « Le champ sauvage » par son auteur qui, à 81 ans, nous rappelle que la poésie au service d’une cause humaine et environnementale est un des plus beaux hymnes à la vie.

 unnamed-4

DSC_0087

Share With: